EstheBody Turkey

LA CICATRISATION

LA CICATRISATION

 

 

Bien dans le corps et bien dans la peau

 

 

En parlant de peau ; elle est l’étui de notre corps qui isole et protège l’organisme du milieu extérieur. Lorsqu’une lésion survient, le corps enclenche un phénomène naturel qui est LA CICATRISATION.

 

La peau est composée de plusieurs couches superposées :

 

  • L’épiderme, qui est la couche la plus apparente, qui ne contient pas de vaisseaux sanguins. C’est cette couche qui est abîmée lors d’un coup de soleil (peau qui se décolle). Elle ne laisse pas de cicatrices visibles en cicatrisant.
  • Le derme, couche intermédiaire de la peau, contenant les vaisseaux sanguins, les nerfs, les glandes sécrétant le sébum et les follicules des poils. Une atteinte de la peau dès cette couche engendrera une cicatrice visible.
  • L’hypoderme, est couche la plus profonde de la peau, et qui contient principalement de la graisse, des vaisseaux et des nerfs. Elle joue un rôle important dans la souplesse de la peau.

 

La cicatrisation est un mécanisme naturel qui permet à une plaie de se refermer.

Le processus se fait en plusieurs étapes et permet d’obtenir un tissus fibreux épais qui va se modifier au fil du temps. Son aspect définitif est obtenu au bout de 12 à 24 mois, la durée de ce mécanisme variant selon chaque individu et en fonction de la zone de la plaie.

 

 

Le processus de cicatrisation se déroule en 4 étapes :

  • La coagulation ou hémostase
  • La phase inflammatoire et de détersion
  • La phase de bourgeonnement ou prolifération
  • La phase de maturation

 

 

 

 

L’évolution d’une cicatrice dépend de plusieurs facteurs :

 

  • La position de la cicatrice : certains endroits du corps cicatrisent mieux que d’autres
  • La qualité de la peau : tout le monde n’est pas égal dans la capacité de cicatrisation
  • La nature de la plaie et la technique chirurgicale de la suture : la survenue d’accident de la cicatrisation : hématome, infection locale, propreté du pansement
  • Les facteurs de risques particuliers comme le tabac, le statut hormonal, l’immunodépression, le diabète, l’exposition solaire, la malnutrition…
  • La prise en charge de la cicatrice en post opératoire, donc voilà pourquoi nous vous recommandons toujours de bien suivre nos consignes post opératoires.

 

 

Voici les détails des facteurs qui expliquent que nous cicatrisons bien ou pas.

 

  • L’âge : bien que cela peut vous paraitre bizarre, les patients jeunes ont tendance à faire des cicatrices qui sont rouges/inflammatoires de façon plus prolongée. Alors que les personnes plus âgées présentent souvent une cicatrisation plus froide et moins inflammatoire.
  • La couleur de la peau : en règle générale, les patients ayant une peau claire (couleur de peau blanche) ont tendance à mieux cicatriser que les personnes ayant une peau foncée (peau brune). J’aurais pensée l’inverse moi !!!
  • La nicotine : Oui tout le monde le sait, mais c’est mon devoir de le rappeler, la nicotine entraîne un resserrement des vaisseaux sanguins. Donc les fumeurs ont des cicatrices qui mettent plus de temps à cicatriser avec une tendance plus facile à la réouverture et à l’infection. Une petite pause de nicotine pourra nous faire que du bien.
  • L’hygiène de vie et de l’état de santé en général : Une bonne hygiène de vie, une bonne alimentation, une absence de tabagisme et une bonne immunité permettent d’optimiser le processus de cicatrisation. Donc la malnutrition ou les carences en protéine, vitamines… ou encore les maladies diminuant notre immunité (comme le diabète) sont responsables d’une cicatrisation souvent plus longue et de moins bonne qualité.
  • L’hérédité : Il existe des patients cicatrisant très bien et d’autres cicatrisant mal. Notre capital génétique et notre hérédité jouent un rôle non négligeable dans la qualité de notre cicatrisation. Chanceux ceux qui possède une belle peau génétiquement.
  • Le stress : Le stress a un effet nocif sur notre cicatrisation en augmentant les phénomènes inflammatoires. Le stress psychologique est un facteur important dans les troubles de la cicatrisation et le développement de cicatrices hypertrophiques. En fait, le stress est nocif pour la santé en générale. Alors que faire, no stress, don’t worry be happy.
  • L’exposition solaire : Les rayons UV entraînent une inflammation de notre peau qui augmente les phénomènes de production de collagène et qui entraîne une pigmentation trop précoce de la cicatrice, avant que celle-ci ait eu le temps de mûrir.  On considère qu’idéalement, une cicatrice ne doit être exposée au soleil qu’après sa phase de remodelage, donc après 12 à 24 mois. Vive le fond de teint pour nous les femmes.
  • La localisation sur notre corps : Le saviez-vous ? Certaines zones de notre corps sont réputées pour leur bon ou au contraire leur mauvais potentiel de cicatrisation.  C'est pourquoi la peau des paupières, la plus fine de notre corps, cicatrise parfaitement bien et rapidement. À l’inverse, la peau du dos ou du thorax est épaisse et présente donc une cicatrisation moins bonne.

Certaines zones, comme le lobe d’oreille, sont des zones connues pour être pourvoyeuses de cicatrices chéloïdes.

 

 

 

 

Des soins postopératoires peuvent aider la cicatrisation, assouplir et adoucir les cicatrices chirurgicales et limiter les inconforts de la cicatrisation.

 

  • Lavez votre peau et vos cicatrices une fois par jour à l’aide d’un savon à PH Neutre qui évitera d’agresser ou de dessécher votre peau.
  • Séchez bien votre peau et la cicatrice sans frotter.
  • Les crèmes et les huiles cicatrisantes : L’application de crème cicatrisante ne doit être débuté qu’une fois la cicatrisation complète obtenue (au bout d’un mois en moyenne).
  • Les automassages de cicatrices consistent à étirer et détendre les cicatrices pour assouplir la peau des berges des cicatrices. Ces automassages ne doivent être débutés qu’après fermeture complète et solide de la cicatrice. De plus, les massages de cicatrice diminuent la douleur sur les cicatrices et évitent les adhérences entre les cicatrices et les tissus sous-jacents.
  • Les compléments alimentaires et une alimentation variée et saine (légumes, fruits, sucres lents, protéines animales et végétales) permettent d’améliorer la vitesse et la force de cicatrisation grâce aux nutriments utiles qu’ils apportent.
  • L’arrêt du tabac est formellement recommandé pour éviter la survenue de troubles de cicatrisation et d’infections.

 

 

Pour conclure :

 

No stress,

Prendre bien soin de soi,

NON à la nicotine OUI aux vitamines,

Après que la cicatrisation soit complétée, vive les crèmes, gels, pensements siliconés accouplés aux massages

Entracte solaire 

 

Et à bientôt …